Suggestions
    A picture of Expo 2020's Oppportunity District at night
    calendar 5 nov. 2020

    Table ronde du Conseil exécutif de Dubaï : des villes centrées sur les habitants

    De grands spécialistes et responsables gouvernementaux de la planification et de l’aménagement urbain venus du monde entier se sont réunis virtuellement afin de réfléchir aux solutions à mettre en œuvre pour faire de Dubaï et des autres grandes villes des lieux de vie aussi agréables que possible : des espaces qui favorisent les écosystèmes commerciaux tout en équilibrant les environnements urbains et naturels.

    La table ronde du Conseil exécutif de Dubaï, qui a conclu mercredi dernier la troisième semaine thématique avant l’Expo 2020 Dubai, a également permis de réfléchir aux moyens de transformer efficacement nos villes pour les rendre plus résilientes, plus robustes et plus évolutives pour les générations futures.

    Le discours d’ouverture a été prononcé par Son Excellence Dawoud Al Hajri, directeur général de la municipalité de Dubaï. Parmi les experts étaient également présents Mahra al Shamsi, responsable de l’aménagement urbain à la municipalité de Dubaï, l’Honorable Mxolisi Kaunda, maire de Durban, Afrique du Sud, et Diana Alarcón González, première conseillère et directrice des Affaires internationales de Mexico.

    Organisée par l’Expo 2020 en collaboration avec le Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) et Siemens, partenaire privilégié numérisation de l’infrastructure de l’Expo, la Semaine du développement urbain et rural visait à trouver des solutions pour permettre à la population mondiale de vivre et de se développer en harmonie avec la planète.

    TEMPS FORTS DE LA TABLE RONDE DU CONSEIL EXÉCUTIF DE DUBAÏ

    SE Dawoud Al Hajri, directeur général de la municipalité de Dubaï
    , a annoncé : « En plaçant les individus au centre du processus d’aménagement urbain, nous pouvons atteindre des résultats bénéfiques pour tout le monde, et ainsi améliorer nos villes et notre qualité de vie de manière durable. Nous développons actuellement le nouveau Plan Urbain 2040, majoritairement axé sur le bien-être, l’activité et la santé de la nation grâce à des interventions sur le domaine public. Ce plan touche par exemple à l’accessibilité piétonne et cycliste, aux sports et au développement d’aménagements socialement inclusifs et accessibles pour tous. Nous construisons une ville dynamique, qui comporte des quartiers où il fait bon vivre, notamment en améliorant les expériences des citoyens grâce à des espaces publics ouverts dans toute la ville. Notre objectif est de bâtir la ville la plus agréable à vivre du monde. »

    Sanaa Al Aleeli, ingénieur et directrice du département de la planification et des études urbaines de la municipalité de Dubaï
    , a ajouté : « Agrave; un niveau stratégique, nous travaillons actuellement sur le Plan Urbain 2040, un plan directeur à long terme visant à atteindre notre objectif de faire de Dubaï la meilleure ville du monde. Nous placerons le bien-être et le bonheur des habitants au cœur de toutes les initiatives de planification. Nous avons défini cinq piliers qui forment le cadre de ce plan urbain : la participation, les choix, l’accessibilité, la mobilité et la qualité. Ces piliers seront articulés à travers des stratégies, des programmes et des indicateurs de performance qui permettront de suivre leur mise en œuvre. »

    Insistant sur l’importance de ce plan directeur pour la création d’environnements piétons, l’Honorable Mxolisi Kaunda, maire de Durban, Afrique du Sud, a continué : « Il est important de promouvoir les transports non motorisés. Ils permettent de réduire les frais de déplacement des citadins, qui souffrent déjà parfois de difficultés financières. Ils sont bons pour leur santé et leur bien-être. Et surtout, ils permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les zones urbaines… Durban a déjà mis en place une série de pistes cyclables dans la ville et ses alentours et nous développons actuellement ce réseau pour accueillir tous les cyclistes, dans leurs déplacements professionnels ou de loisir. Dans le cadre de notre plan sur cinq ans, nous avons identifié 88 couloirs, dont 31 prioritaires, qui seront adaptés à de nombreux usages bénéfiques pour un grand nombre d’utilisateurs de transports non motorisés dans la municipalité. »

    Diana Alarcón González, première conseillère et directrice des Affaires internationales de Mexico, s’est concentrée sur l’approche axée sur les habitants de la gouvernance : « Nous disposons d’une structure de gouvernance qui repose sur des processus réguliers de participation et de consultation des habitants… Par exemple, nous venons de lancer un processus de consultation à grande échelle concernant le plan de développement à long terme de la ville, notre Vision 2020-2040. Nous avons également décidé de laisser les habitants s’exprimer sur la planification des autorisations pour la construction des bâtiments de plus de 3 000 m². Le processus de consultation se concentrera sur l’impact que ce type de projet peut avoir sur la communauté locale, qui a son mot à dire sur la question. Par ailleurs, un processus de consultation est systématiquement lancé avant chaque projet entraînant des modifications des terres protégées, à savoir les zones habitées par des populations indigènes. »

    Le Dr Davide Ponzini, PhD, professeur associé de planification urbaine au Politecnico di Milano, en Italie, s’est exprimé sur l’impact de l’Exposition universelle organisée à Milan : « L’Expo 2015 a marqué un tournant décisif pour Milan… Les célébrations ont eu lieu sur une grande plateforme en dehors en périphérie de la ville qui est encore exploitée, tout comme le quartier qui l’entoure. D’autres événements de plus petite taille ont également été organisés dans Milan sous la bannière "Expo dans la ville". Au total, plus de 45 000 événements se sont succédé pendant toute l’année de célébrations de l’Expo 2015. Plus de 1 000 sites à travers la ville ont été utilisés et transformés afin d’accueillir toutes ces animations. La modification du domaine public et de certains bâtiments choisis pour abriter des événements a eu un impact durable. Milan prépare désormais la planification des Jeux olympiques d’hiver de 2026, qui je l’espère reposera sur la même stratégie consistant à répartir les événements à travers la ville. »

    Divya Prakash Vyas, directeur général adjoint Asie du sud-est de C40 Cities, a pris la parole : « Nous devons adopter une approche axée sur l’humanisation de l’infrastructure, car la majorité des grandes villes disposent de grandes infrastructures qui ne répondent pas véritablement aux besoins de leurs habitants… Par exemple, nous avons mis en place des plans d’utilisation et de structure possédant leurs propres limites. Ces plans doivent s’accompagner d’interventions spécifiques à petite échelle, telles que des plans de développement local, et doivent se concentrer sur l’aménagement urbain afin de s’assurer que le domaine public est bien intégré dans les développements et d’éviter la création d’îlots d’excellence. Avec cette approche, les espaces publics sont accessibles à tous, quel que soit le type de développement concerné. »

    Male icon with pen
    Ne manquez pas les actualités qui vous intéressent à propos de l’Expo
    S’inscrire